granada information
Bref historique de Grenade
Page actualisée le 19 avril 2019
Brief History of GranadaBreve Historia de Granada
Visitas guidas a la Alhambra

BREF HISTORIQUE DE GRENADE

ÉPOQUE MAURESQUE

Temps des Mauresques Grenade

En 1238, Ibn al-Ahmar se souleva contre Ibn Hub et conquit des parties de la province de Grenade. Il a établi le royaume de Grenade, qui s'étendait des montagnes de la Sierra Nevada à Gibraltar, composé à l'origine de la province de Grenade (où il établit sa cour), des provinces de Malaga et d'Almeria et d'une partie des provinces de Cordoue, Jaen, Séville et Cadix.

Avant de mourir en 1273, Ahmar a cédé certains de ces territoires au roi Fernando, qui l'a aidé à conquérir Séville.

Pendant environ 250 ans, ce royaume maure a été gouverné par 20 monarques et comptait une communauté musulmane florissant et une forte culture islamique.


LA CONQUÊTE CHRÊTIENNE

conquête chrétienne

Malheureusement, le royaume fut peu à peu affaibli par les désaccords internes entre ses dirigeants et par les conquêtes de diverses parties du royaume par les armées chrétiennes. La situation devenant de plus en plus délicate, les monarques catholiques décidèrent de conquérir la capitale comme dernière étape vers l'unité en Espagne. Le 2 janvier 1492, Grenade se rendit.

Bien que les traités signés par les rois catholiques avec Boabdil pour la reddition de Grenade stipulent que les différentes langues, religions et coutumes seront respectées, il est devenu évident quelques années plus tard que ces règles n'étaient pas respectées dans la pratique; le cardinal Cisneros insistait pour que tout le monde, quelle que soit sa religion, soit baptisé.

Les inquisiteurs n'ont jamais été satisfaits par ces traités qui, selon eux, ne faisaient que ralentir leurs tentatives de réduire la population musulmane et la pratique de l'islam en Espagne. Ils pensaient également qu'une révolte musulmane était imminente et qu'il était inutile de s'attendre une conversion pacifique au christianisme. Le cardinal Ximenes a donc demandé à Isabel et Fernando l'autorisation de poursuivre ses activités d'inquisition, et ils ont accepté. En conséquence, le 18 décembre 1499, environ trois mille Maures ont été baptisés, une grande mosquée de Grenade a été convertie en église et l'incendie de livres et de documents prétendus religieux a commencé.

Sans surprise, cela a conduit à des révoltes et à des protestations combinées à beaucoup d'agitation parmi ceux qui ont été forcés à se convertir au christianisme, et une série de mutineries a suivi, aboutissant à la révolte de 1680 qui a finalement été réprimée. Les rebelles les plus déterminés se sont ensuite réfugiés dans les Alpujarras, où un soulèvement violent a eu lieu plusieurs années plus tard.

Bien qu'il eut été promis que les traités seraient honorés, cela n'a pas été le cas et Ximenes annonça que les Maures qui refusaient d'être baptisés seraient expulsés. Ces baptêmes ont été effectués en masse à une vitesse incroyable - si vite qu'il n'y avait plus de temps pour que l'éducation religieuse soit donnée aux nouveaux "convertis". On estime qu'entre 50 000 et 70 000 musulmans ont été baptisés de cette manière à Grenade. La possibilité d'émigrer vers l'Afrique n'était en réalité qu'une promesse en l'air, accessible seulement à ceux qui pouvaient se le payer et qui n'avaient pas encore été baptisés.


baptême musulman forcé

Après la mort des monarques catholiques, la situation empira progressivement: la reine Juana interdit aux Morisques de revêtir leur costume national et Carlos V instaura un conseil théologique en 1526 pour tenter de les réformer. Ces règles n'étaient pas rigoureusement imposées, les citoyens étaient en mesure de les éviter en payant des taxes. Tout cela a toutefois changé sous Felipe II, qui a interdit le port du costume, de la langue et des coutumes maures. Il en résulta un violent soulèvement le 24 décembre 1568. Il émergea dans l'Albaicín et se poursuivit dans les Alpujarras avec la proclamation du roi Morisco Aben-Humeya. Des renforts ont été envoyés d'Afrique et la révolte s'est étendue dans le reste de la province de Grenade. Des églises ont été icendiées, des villages saccagés et des chrétiens assassinés. Après la mort d'Aben-Humeya, le soulevement finalement prit fin en 1571. Les rebelles furent explusés du royaume, ensuite repeuplé par des Espagnols d'autres régions du pays.

L'INVASION NAPOLéONIENNE

Au cours des siècles qui ont suivi, la paix est revenue à Grenade, qui devint un important centre culturel.

guerre_napoléonienne_grenade

Cependant, en 1808, Napoléon installa son frère Bonaparte sur le trône d’Espagne. L’Alhambra était à ce moment-là dans un état déplorable et, étant tombé dans le délabrement pendant cette période et étant habité par des voleurs et des mendiants, il fut utilisé comme caserne par les troupes de Napoléon. Au cours d’une de leurs retraites, deux de ses tours furent détruites (Torre de Siete Suelos et Torre de Agua) et ensuite laissées en ruine. La résistance espagnole à l’invasion napoléonienne fut forte et, en conséquence, il fut remplacé par le roi espagnol Fernando VII en 1812.

INQUISITION ESPAGNOLE

L’inquisition espagnole a duré de 1478 à 1834, une période historique de 350 ans. L’idée commune à toute inquisition est d’éliminer les non-croyants ou les opposants au pouvoir; l’inquisition espagnole a utilisée pour des raisons politiques et religieuses. Après la conquête de l’Espagne par les monarques catholiques en 1492, une multitude de religions différentes coexistaient encore en Espagne: Juifs, Protestants, Catholiques et Musulmans. Convaincus que c’était bonne manière de réunifier l’Espagne, Fernando et Isabel demandèrent au papa Sixte IV l’autorisation de "purifier le peuple d’Espagne". Il donna son approbation à contrecoeur, et il eu comme devoir de nommer l’inquisiteur général.

L’inquisition espagnole

En tant que premier inquisiteur général en 1483, Tomas de Torquemada fut chargé d’établir les règles de l’inquisition et de créer des succursales dans différentes villes. Au cours des quinze années qui suivirent, 2000 Espagnols ont été exécutés. L’objectif principal de l’inquisition était de punir, de torturer et d’exécuter les juifs et, plus tard, les musulmans convertis au christianisme qui ne se montraient pas dévoués à leur nouvelle religion. Les gens pouvaient être accusés par des membres de la population. S'ils admettaient leurs actes répréhensibles et dénoncaient d'autres malfaiteurs, ils seraient libérés ou condamnés ` une courte peine de prison. Cependant, s'ils refusaient de coopérer, ils seraient soit exécutés publiquement, soit condamnés à la réclusion à perpétuité.

L'inquisition espagnole

Le destin des accusés, en particulier des riches usuriers juifs dont les biens pourraient être confisqués par l'église par la suite, a été décidé à l'autos-da-fé (les épreuves de foi). C'étaient des grands évènements solennels destinés à semer la peur et le respect auprès de ceux qui y assistaient. L'une des places où ils se tenaient était la place Bibarrambla. Deux processions convergeraient sur la place: l'une amenant les accusés de l'endroit où ils étaient détenus, l'autre avec les chefs d'une église voisine. Cela se déroulait toute la journée de l'aube au crépuscule, interrompu pour le déjeuner par un immense banquet surveillé par ceux qui étaient en procès. Les peines seraient alors annoncées dans l'après-midi et les personnes reconnues coupables seraient amenées pour être brûlées ou seraient brûlés à Bibarrambla même, et les innoncents seraient pardonnés.

L'inquisition, caractérisée par sa cruauté et sa brutalité, a finalement été abolie en 1834.

Liens extérieurs: wikipedia l'inquisition espagnole

Visitas guidas a la Alhambra